De Gregg Braden à la sagesse amérindienne … Quelques mots pour donner de la signification à nos épreuves et reprendre la direction de notre vie.

 

Comment ça se passe pour vous lorsque vous vivez une expérience douloureuse dans votre famille, ou dans votre couple, dans vos relations personnelles et professionnelles ? Que faites-vous avec la douleur que vous traversez ?

Comment transformer notre souffrance en sagesse et nous reconnecter à notre ikigai ? Allons-y !!!

Dans son livre « Les secrets de l’art perdu de la prière », Gregg Braden évoque les 2 manières de réagir face à une situation douloureuse :

  • Soit, nous nous laissons glisser dans la spirale de la colère, de la tristesse, de la trahison et du découragement …
  • Soit, nous pouvons chercher dans les profondeurs de notre âme pour donner un sens à l’événement et s’en sortir.

C’est en découvrant de nouvelles significations aux expériences douloureuses que nous transformons notre souffrance en sagesse.

Malheureusement, lorsque nous vivons une expérience intensément douloureuse, il nous est souvent plus facile de la nier ou de nous en détourner plutôt que de l’aborder de front, il nous est plus facile de nous couper directement de la douleur pour ne pas avoir à la vivre ou à la supporter … et, dans ces moment-là, nous pouvons rester coincé dans nos sentiments.

Sûrement plus facile à écrire qu’à mettre en œuvre … nous avons intérêt de nous servir de tout ce que nous rencontrons dans la vie … aussi bien de la joie que de la tristesse.

C’est notre réaction et nos sentiments subsistants après coup qui forment le message que nous enregistrons à la suite de toute tragédie … et ce message s’engramme à la fois dans notre esprit et dans notre corps, générant ainsi ce que nous appelons communément « une croyance ».

Si nous ne tenons pas compte de ce qui nous blesse, nous risquons de subir des effets à long terme. Car, s’il n’est pas malsain de vivre les émotions à court terme, c’est lorsqu’elles ne sont pas résolues sur la durée que cela pose problème, en provoquant, bien souvent, des problèmes de santé. Gardons en mémoire que la haine, la jalousie et la colère menacent notre vie ou diminuent nos réactions immunitaires.

Voilà pourquoi nous avons à trouver les moyens de transformer tout ce qui nous a blessé en de nouvelles expériences bénéfiques. Voilà pourquoi, nous avons à trouver un moyen de transcender le cycle douleur-souffrance-colère-haine si nous voulons transcender nos conditions de vie.

Sortir du cycle

De nombreux courants de développement personnel nous enseignent que « reconnaître la blessure de l’âme » est un des moyens d’apaiser la souffrance.

Avant de pouvoir tirer une leçon de notre expérience, une fois que nous sommes passé par cette phase de reconnaissance, nous avons à libérer et apaiser nos émotions et nos pensées destructrices pour entamer le processus.

Cela peut être réalisé à l’aide de toutes les techniques que nous connaissons déjà (ou pas). Ce peut être, par exemple : Faire de l’EFT, méditer, respirer, crier, chanter, taper sur un punching-ball, aller courir, appeler une amie … ou aller voir un thérapeute ou une personne digne de confiance.

Le but étant d’apaiser notre douleur, d’arriver à mettre notre propre souffrance de côté, assez longtemps pour laisser entrer quelque chose d’autre en nous.

La bénédiction

Pour continuer ce processus de transformation, l’approche de Gregg Braden nous invite à la bénédiction … What ?!!!

Non, il n’y a pas ici de lien avec l’image de notre enfance et du rituel chrétien officié par un prêtre.

La bénédiction, selon les traditions anciennes,  reconnait simplement et sans jugement l’événement. Elle constitue l’ouverture qui permet d’entamer la guérison.

Quand nous bénissons les gens qui nous ont blessé, nous suspendons temporairement le cycle de la douleur.

La bénédiction : Bénir celui qui souffre, celle ou celui qui a infligé la souffrance et l’acte lui-même puis, se bénir d’être témoin de la situation et d’en tirer une leçon de sagesse.

La bénédiction agit comme une prière, nous devenons la prière, comme s’il s’agissait d’un état d’être.

Aussi, pour nous lancer dans une telle aventure, nous devons d’abord avoir le sentiment que nos prières sont exaucées dans notre cœur avant qu’elles ne deviennent la réalité de notre vie.

Cas pratique

Lors d’une séparation, d’une dispute ou d’un conflit avec une personne qui nous est chère ou tout simplement avec un collègue de bureau … la leçon peut se trouver dans la blessure éveillée lors du conflit. Souvent, il s’agit des blessures de rejet ou d’abandon. Dans ces situations, nous pouvons observer tout ce que nous reprochons à l’autre et quelles sont nos attentes dans la situation. Peut-être verrons-nous que nous ne nous apportons pas à nous-même ce que nous attendons de l’autre … avec, par exemple, du respect, de la compassion, de la reconnaissance, de la tolérance, de l’écoute

Peut-être que la leçon à retirer sera d’avoir plus de respect envers nous et nos valeurs, d’avoir de la compassion et de l’amour pour nos blessures et nos dysfonctionnements, d’être plus doux et tolérant envers nous ou bien d’écouter plus nos besoins.

Peut-être pourrons-nous tirer une leçon de l’expérience en arrivant à voir quelle est la croyance, quel message se cache derrière notre réaction (article à venir sur les croyances).

Ou bien, si on tourne les choses vers l’autre, nous pourrons dire que l’autre fonctionne en lien avec ses propres blessures et que le masque qu’il met à ce moment-là, n’est pour lui qu’une manière de se protéger d’une peur profonde enfouie au fond de lui. Peut-être nous révèle-t-il quelque chose sur nous à cet instant.

Nous pourrons donc nous bénir d’avoir souffert dans cette situation, nous pourrons bénir la personne qui est le reflet de ce qui se passe en nous et qui nous montre que nous n’avons pas nourri une certaine part de nous, puis, nous nous bénissons d’être sur la voie de notre évolution, de notre bonheur et de notre sagesse en cherchant à donner un sens à tout ceci.

Le processus complet peut prendre seulement 3 minutes … ou bien 3 heures, ou 3 semaines, ou 3 mois …

A titre personnel, lorsque je vis une situation ou une émotion inconfortable, je m’en remets à cette question : « Qu’est-ce qui est juste dans cette situation que je n’ai pas encore saisi ? ». Cette question extraite d’Access Bars, je me la pose une fois que je ne suis plus dans la force de l’émotion, bien évidemment. Je me la pose car nous avons toujours quelque chose à apprendre de chacune de nos expériences vécues.

En me répétant cette question, je prends la responsabilité de ce que je vis et je m’ouvre à recevoir des réponses ou des solutions au problème.

Un état d’esprit

La bénédiction nous permet de nous reconnecter à la gratitude d’avoir vécu une situation qui nous met sur la voie de notre propre sagesse. D’autant que les neurosciences nous montrent que le sentiment de gratitude et de reconnaissance libère la chimie positive des puissantes hormones dans notre corps et renforce notre système immunitaire. De plus, des émotions positives comme la gratitude, la compassion et l’amour sont considérées comme des conditions qui favorisent la vie.

Les mères de clans

Cet état d’esprit, nous le retrouvons également dans les traditions chamaniques amérindiennes à travers les messages des mères de clans. A travers leur sagesse et leur expérience, elles nous enseignent :

  • Que nous avons autant à remercier pour ce que nous sommes capables d’abandonner que pour les dons que nous recevons.
  • Que nous devons être reconnaissants des défis auxquels nous sommes confrontés, ils nous enseignent à développer notre force intérieure.
  • Que lorsque nous célébrons qui nous sommes et que nous rendons grâces pour la vie que nous menons, nous ouvrons alors notre cœur pour continuer le processus de guérison d’être un humain.
  • Qu’il est important de rendre grâces pour chacun de nos accomplissements.
  • Que, avoir foi et être reconnaissant pour chaque bienfait et chaque leçon de vie car ils créent de l’espace où recevoir l’abondance du grand mystère.

Le monde est un miroir

Dans son livre « Les secrets de l’art perdu de la prière », Gregg Braden s’appuie sur les travaux de Max Planck, le père de la physique quantique et évoque la notion de Champ. Une sorte de force qui agit comme un grand aimant et qui nous attire constamment les uns vers les autres et nous rattache à une puissance supérieure.

Il semblerait que le Champ nous procure une réflexion, un miroir extérieur de nos expériences intérieures.

C’est la qualité de nos croyances, au moment où nous regardons qui détermine ce que crée notre conscience => Si nous sommes capables de nous percevoir dans une perspective d’unité, de reconnaissance, de sagesse et d’amour, alors ce sont ces qualités que nous risquons de voir se réfléchir.

Il nous rappelle ainsi que nous devons incarner dans notre vie les mêmes conditions que nous souhaitons expérimenter dans ce monde.

Quête de sens et ikigai

Pour conclure, à la lecture de ces quelques lignes … si nous voulons vivre une vie longue, saine et énergique, nous devons donner un sens aux blessures de la vie.

Lorsque l’émotion vécue lors d’une situation est de faible intensité, alors nous pouvons nous relier rapidement à notre ikigai pour reprendre le cours de notre vie et retrouver la capacité à célébrer la vie dans une joie simple, en lien avec nos aspirations et nos valeurs.

Lorsque l’expérience provoque de fortes émotions, nous aurons intérêt à ne surtout pas négliger cette phase de transformation de la souffrance en sagesse, en tirant les leçons de ce qui a été vécu. C’est à partir de cette étape que nous pourrons nous relier à notre ikigai.

Notre ikigai contient ce qui nous fait vibrer, il nous fait nous sentir vivant, il nous ramène à la vie et à la joie, ramenant à la surface l’énergie qui s’était enfouie dans les tréfonds de notre douleur.

 

Puissions-nous transformer nos souffrances en sagesse pour notre bien et celui du monde qui nous entoure.

 

Liens associés (cliquez sur les liens) :

Livres associés :

  • « Les secrets de l’art perdu de la prière« , Gregg Braden
  • « Les 13 mères originelles« , Jamie Sams