Lorsqu’une personne prend RDV pour venir me voir en séance individuelle, elle sait ce qui l’anime, ce qui la gêne ou la bloque dans sa vie.  Et pourtant, pendant la séance, au moment de fixer son objectif (c’est à dire ce qu’elle souhaite transformer, vers quoi elle veut aller) la personne a souvent du mal à mettre des mots clairs sur cette intention, elle a du mal à l’énoncer de manière simple et positive. Le mental nous joue souvent des tours et nous fait faire des détours pour atteindre la transformation souhaitée.

Alors, dans ces cas-là je dis à la personne : « Imaginez que vous voyez votre meilleure amie dans 3 mois … Imaginez que cet accompagnement que nous avons fait ensemble vous ait réellement transformée, comment le décririez-vous à cette amie ? Que lui diriez-vous sur vous, sur votre évolution ? Qu’est-ce qui a changé en vous que vous aimeriez lui partager ? »

De là, l’objectif se dessine, il s’éclaire à la lueur de cette projection et de cette visualisation, il s’énonce plus facilement.

De la même manière, dans les ateliers ikigai, j’invite les participants à « travailler » sur leurs intentions et je vais même jusqu’à dire que la somme de nos intentions est une piste à suivre pour trouver notre ikigai.

 

En lien avec cette idée de transformation et d’évolution personnelle, en lien avec cette idée de prendre soin de soi tout en contribuant au monde, j’avais envie de vous partager cet extrait de « Les 13 Mères Originelles » de Jamie Sams.

Dans le post précédent, « Funeste ou salutaire ? », je parle de la transformation d’Oie Blanche suite à son jugement et aux 13 mois qui ont suivi.

Ici, il est question de la 2è protagoniste, Eau vive, qui est jugée pour avoir parlé hors de propos, pour avoir commérer et pour ne pas avoir respecté le droit naturel de chacun d’agir selon son point de vue sacré.

13 mois plus tard, Eau vive revient devant le conseil et parle de son expérience :

« Ces 13 lunes ont changé mon attitude, mon chemin, ma compréhension et mon sens de soi. Je veux t’exprimer ma gratitude, Mère. En écoutant les histoires des autres, j’ai vu et entendu l’histoire de mon propre cheminement depuis la blessure jusqu’à la guérison. J’ai appris la gentillesse et la compassion pour moi-même en faisant attention aux autres et en prenant soin d’eux. Je comprends la folie de mon besoin d’avant d’être reconnue comme une personne de valeur. Je me sentais sans valeur parce-que je n’avais jamais vu mon propre potentiel ni mes talents ; je n’avais l’expérience que de la voix qui critiquait dans a tête et qui disait que je ne serai jamais assez bien. Et parce-que je croyais que je ne valais pas la peine d’être aimée, j’ai blessé les autres en soutenant qu’ils devaient suivre un chemin fait des mêmes règles dures que je m’étais imposée à moi-même. J’ai appris la compassion d’Oie Bleue et de ceux qui ont partagé les peines de leurs cœurs. J’ai appris à dépasser le ressentiment que j’éprouvais à cause du jugement que tu as prononcé, il y a 13 lunes. J’ai été privilégiée de pouvoir être associée à l’art de soigner de la Femme Médecine, et de bénéficier de ta bienveillance, de ton bon sens, de ta capacité à donner des conseils et de ta sagesse compassionnée. Pour tous ces dons et pour la guérison de mon cœur, je suis profondément reconnaissante ».

 

En cette période de confinement, de changements de repères et de temps de pause … peut-être Eau Vive nous guide-t-elle vers des choix ou des objectifs que nous aurions envie de nous approprier.

A suivre …

 

Crédit photo : Photo by Artem Kovalev on Unsplash