Avec son livre « Connectez-vous à vous-même », Chade-Meng Tan fait le buzz sur la toile … d’autant qu’on le voit associé, parfois, à Mathieu Ricard (moine Bouddhiste réputé) dans des conférences ou vidéos.

Phénomène de mode, la Pleine Conscience (ou Mindfulness) est vendue par des organismes de formation comme une solution pour améliorer l’efficacité au travail et réduire l’absentéisme … parfois en mettant en avant le Bouddhisme comme source de cette pratique … et parfois pas.

La Pleine Conscience est un formidable outil de gestion du stress car il joue sur 2 tableaux. D’une part, un aspect cognitif par l’apprentissage de soi, de nos fonctionnements, de nos dysfonctionnements, de nos modes d’actions et de réactions. D’autre part, un aspect en lien avec le corps par la respiration, la méditation, le yoga (ou autre pratique corporelle) et la connexion aux sensations physiques. Et ces 2 niveaux complémentaires peuvent apporter à chacun d’entre nous un équilibre physique et psychique.

Cela dit, il y a aussi 2 niveaux pour que chacun se sente en équilibre au sein de l’entreprise. Le premier se situe au niveau interne (ou individuel) : Mettre en place toutes les conditions dans notre vie pour vivre en équilibre physique, émotionnel et mental. Le deuxième se place au niveau externe (ou organisationnel) : Favoriser un cadre de travail respectant à la fois les besoins de l’entreprise et les besoins de ses salariés.

Lorsqu’une de ces 2 pièces du puzzle est en déséquilibre, les rouages se grippent et ce sont plusieurs maillons de la chaîne qui en subissent les conséquences.

Cela me fait penser au titre de ce livre de Christophe Médici « Le bien-être, c’est rentable ». En filigrane, ce titre nous dit qu’une entreprise a tout à gagner lorsque son personnel va bien.

Alors utiliser le bien-être de chacun a des fins de rentabilité … Pourquoi pas ?

Certaines entreprises, comme Google par exemple, ont fait du bien-être du salarié leur crédo. Pourquoi ? Parce-que la qualité de vie au travail constitue, bien souvent, la première condition de la motivation et de l’efficacité. Parce-que le fondement d’une culture d’entreprise basée sur le salarié diminue le taux d’absentéisme ainsi qu’un fort turn-over. Alors ils ont créé des espaces de travail qui ressemblent à s’y méprendre à des espaces de jeux ou de repos, ils ont introduit la Pleine Conscience dans leur univers de travail, ils font participer leurs salariés à des projets pour améliorer leurs conditions de travail … Et ça paye.

Malheureusement, la rentabilité des entreprises aujourd’hui, se fait souvent au détriment de la santé de ses collaborateurs. Objectifs de rentabilité à courts termes suivis de plan d’actions à courtes échéances ne donnent pas la visibilité demandée par les salariés. Perte de valeurs et de sens associés à un manque de reconnaissance créent le paradoxe français : Les salariés français se surinvestissent dans leur travail (par de nombreuses heures passées à sur le lieu de travail ou chez soi en amenant les dossiers à la maison), en même temps qu’ils se désengagent de l’entreprise.

Conséquences : Surmenage, stress, arrêts de travail et parfois, burn-out.

Il y a 10 ans, les livres sur le burn-out ont fait une apparition timide dans les rayons des libraires … et les cas de vrai burn-out étaient peu nombreux. Aujourd’hui il y a plus de livres et de plus en plus de cas (plusieurs personnes sont venues me voir en consultation, poussées par un proche bien souvent, car incapables d’avancer).

Alors, que peut la Pleine Conscience dans tout ça ? Si le manager, si le commanditaire, demande une intervention pour gérer ou anticiper le stress par la Pleine Conscience, il sera nécessaire de savoir pourquoi il le fait. En espérant que son équipe se sente mieux en faisant juste quelques exercices, en espérant contrôler ses troupes, tout en fermant les yeux sur ses dysfonctionnements ? Ou en tentant de répondre aux besoins de sa société, en faisant un état des lieux de son organisation en même temps qu’il investit dans un esprit où l’individu est la clé de tout ?

Il y a des entreprises agiles qui s’adaptent aux besoins des marchés parce-que les hommes qui la composent ont envie de s’adapter et de s’investir sainement. Il y a des managers agiles qui mettent les individus au centre du dispositif et qui mettent en place des actions pour le bien-être de leurs salariés … Et la Pleine Conscience est un de ces outils qui a toute sa place pour prévenir ou pour gérer le stress au travail.

Une intervention de gestion du stress ou de Pleine Conscience peut se mettre en place facilement : Voir les conditions

 

Voici une vidéo de 1h30 avec Chade-Meng Tan qui présente son livre « Connectez-vous à vous-même », accompagné de Mathieu Ricard